Vous êtes ici

Le coin des parents

Danse, équitation, natation, basket… Quel sport pour mon enfant ?

L’heure de la reprise des activités extra-sportives a sonné. Mais pas toujours facile de s’y retrouver, surtout quand les enfants s’intéressent à tout, et n’ont pas d’envie précise. Zoom sur différents sports sympa pour les petits.

La danse moderne jazz, sport collectif d’intérieur

Entretien avec Anaïs Joyeux, professeur de danse moderne Jazz

A partir de quel âge peut-on pratiquer la danse moderne jazz ?
Dès 4 ans, quand l'enfant est apte à apprendre quelques pas précis et techniques, et à les répéter. Avant, cela s'apparente plus à de l'éveil corporel et musical qu’à de la danse.

Quels sont les avantages de ce sport pour les enfants ?

De 4 à 6 ans, elle permet de se défouler tout en développant sa motricité, en prenant conscience des différentes parties de son corps, mais aussi de sa place dans l’espace. Des exercices sont pensés pour booster l’imagination et la création. Via les chorégraphies, l’enfant apprend à mémoriser des mouvements, des sons, acquiert une prise de conscience du "moi", de la place des autres et de leur rôle. A partir de 6 ans, ces notions évoluent. Des chorégraphies plus complexes sont abordées. La danse devient alors plus physique, via les sauts, les tours, les équilibres, etc. La technique est plus présente et plus précise, toujours dans un esprit alliant plaisir et détente. Les apports physiques sont ciblés au niveau musculaire. En fonction des exercices, la tonicité, la rapidité et l'amplitude corporelle sont travaillées. Avec les plus grands, on aborde la notion d’énergie dans le mouvement, la fluidité, le saccadé, les accents et le ressenti.

A quel type d’enfant correspond cette activité ?
La danse est ouverte à tous. Un enfant calme sera à l'aise, car il sera facilement concentré et progressera aisément. C'est une pratique très cadrée, avec un découpage de cours précis, il ne se sentira donc pas trop bousculé. Pour un petit qui a un besoin élevé de se défouler, il faudra peut-être compléter avec un sport plus intense. Quant aux hyperactifs, elle peut leur permettre de se canaliser, mais là encore, il faudra probablement une autre activité en complément, plus soutenue.

 

L’équitation, sport individuel extérieur

Entretien avec Karen Barbarit, ostéopathe humain & équin et cavalière niveau 7

A partir de quel âge peut-on pratiquer l’équitation ?
Le plus jeune licencié de la fédération a 18 mois. Personnellement, je trouve que c’est trop tôt. Il vaut mieux attendre que l’enfant ait trois ans, âge auquel il peut pratiquer le baby poney.

Quels sont les avantages de ce sport pour les enfants ?

Monter à cheval impose de la rigueur : il faut adopter une bonne posture, afin de ne pas risquer de chute. Cela apprend également à développer le sens de l’équilibre, puisqu’il n’y a pas de travail en latéralité. A eux de bien se tenir, pour assurer leur sécurité et ne pas se faire de mal. En s’occupant de leur monture, les enfants gagnent aussi en autonomie et en responsabilité. Quant aux jeux de slaloms et lancers de balles, ils rassurent les enfants et les mettent en confiance.

A quel type d’enfant correspond cette activité ?
A ceux qui aiment le grand air et ont besoin d’être dehors pour se sentir bien. Le fait d’être au contact des animaux canalise les enfants plutôt speed. Pour ceux qui ont tendance à être renfermés sur eux-mêmes, l’équitation peut aussi être une porte sur le monde extérieur, puisqu’ils voient en l’animal un copain de jeu, qui les amène vers les autres.

 

La natation, sport individuel d’eau

Entretien avec Max Rousselle, maître-nageur sauveteur

A partir de quel âge peut-on pratiquer la natation ?
Il existe deux types de natation. La première, que l’on peut débuter dès l’âge de 3 ans, a pour but d’apprendre à nager en sécurité en se positionnant sur le dos, le ventre, et en tapant des pieds pour regagner un bord. Pour la deuxième, la natation en tant que nage codifiée, on préconise d’attendre les 6-7 ans.

Quels sont les avantages de ce sport pour les enfants ?

Elle est très complète et mobilise tout le corps, et agissant tant sur l’équilibre que le plan musculaire. Elle développe la coordination, car il faut être capable de solliciter bras et jambes en même temps. Le repérage dans l’espace est également travaillé. L’enfant va sous l’eau, remonte à la surface, fait des culbutes… Tout cela lui permet de bien connaître son corps, et de savoir où il se situe. D’un point de vue psychologique, elle autonomise énormément. Des responsabilités sont données (comme atteindre tel objectif de telle façon), et, à terme, l’enfant doit être capable de savoir quoi faire.

A quel type d’enfant correspond cette activité ?
A tous ! Que l’on soit mince ou en surpoids, calme ou nerveux, en rééducation, en situation de handicap (dans une certaine mesure, bien sûr), c’est un sport très accessible, car on évolue dans un milieu apaisant où l’on ne subit pas son poids, porté par l’eau. Attention toutefois à ne pas laisser l’enfant faire uniquement de la natation si c’est un très bon nageur, car pendant la croissance, les articulations ont besoin d’impact pour se rigidifier. D’où la nécessité de faire du renforcement musculaire en complément.

 

Le basket, sport collectif d’intérieur

Entretien avec Julie Caron, coach jeune de basket

A partir de quel âge peut-on pratiquer le basket ?
Le basket est l’un des sports que l’on peut pratiquer le plus tôt. Un enfant peut ainsi s’initier au baby basket dès 3 ou 4 ans. Il s’agit alors d’une approche ludique à la pratique du basket, à travers de nombreux jeux.

Quels sont les avantages de ce sport pour les enfants ?

Chez les plus jeunes, le basket permet de développer la motricité, grâce aux lancers de ballons et aux passes. Cela permet également d’améliorer leur conscience de l’espace et du temps, car ils doivent se situer dans un terrain réduit, et dans une durée limitée, pour avoir le ballon. Ils travaillent aussi l’aisance corporelle avec l’équilibre, les sauts et la coordination des gestes. Quand l’enfant grandit, le basket leur inculque l’esprit d’équipe et l’entraide. Comme dans tout sport collectif, il faut savoir faire confiance à ses partenaires. Plus il monte en catégorie, plus l’enfant va aussi devoir se confronter à la notion d’échec (quand il perd un match) ou de réussite, donc plus généralement, à entrer en compétition sainement pour atteindre un objectif.

A quel type d’enfant correspond cette activité ?
Votre petit ne doit pas forcément dépasser de trois têtes ses copains. Ce sport est adapté aux jeunes qui ont un besoin de se dépenser, puisqu’au basket, on court beaucoup. Par ailleurs, cela peut être tout indiqué pour des enfants qui ont du mal à se concentrer : il faut être précis si on veut mettre un panier.