Vous êtes ici

Le coin des parents

Ce que mon père m'a appris et que je compte bien transmettre à mes enfants

Ce que mon père m'a appris et que je compte bien transmettre à mes enfants
Plus que la ressemblance physique, l’art et la manière de vivre sont un héritage précieux, cher à notre cœur. Et lorsque c’est un père qui les transmet, c’est souvent un point d’honneur pour les enfants, que de les léguer à leur tour à leurs bouts de chou. Des parents et futurs parents nous racontent.

La curiosité

Un jour, alors que je me promenais avec mon père en lui parlant, je me suis arrêté, agacé « mais tu ne m’écoutes pas ! » et lui me répondit  « Je regarde autour de moi. Toi qu’est-ce que tu fais en marchant ? ». Cela m’a surpris, je me revois lui répondre, tête baissée, « le trottoir ». Il m’a répondu en ces termes (je ne les oublierai jamais) « tu loupes tellement de choses, regarde autour de toi. Tu vas peut-être t’éparpiller certes, mais tu vas remarquer plein de choses ». Il avait raison. Allez savoir si c’est ce qui m’a fait devenir journaliste par la suite ou non, mais il est vrai que je m’intéresse à tout depuis. J’aime m’intéresser à ce qui m’entoure, poser des questions aux gens pour en savoir plus. Cela m’amène généralement à de belles rencontres, même fortuites. Bientôt papa, je sais que c’est une habitude que je mettrai un point d’honneur à inculquer à mon enfant.
Nicolas, futur père

L'humour et l'auto-dérision

Mon père en avait fait un art de vivre ! Pourtant, la vie n'avait pas toujours été gentille avec lui, mais il avait toujours un bon mot pour dédramatiser une situation, une petite blague rigolote pour chasser mes pleurs ou ma mauvaise humeur.... Et il avait raison. Le quotidien est tellement plus simple quand il est teinté d'humour et de rires. Je ne passe pas un jour sans rire, c’est mon arme anti-stress ultime. C’est comme ça que j’élève mon fils, dans le rire et la bonne humeur avant tout.
Isabelle, maman d’Elias, 3 ans

Le pardon

Ce n’est pas vraiment mon père qui m’a appris cela, mais ce que j’ai vécu avec lui… J’aimerais que ma fille apprenne à pardonner. Qu’elle sache que tout le monde a droit à une deuxième chance. La relation avec mon père (et de mon père avec mes soeurs) a été très houleuse pendant toute mon enfance et mon adolescence. J'en ai beaucoup souffert à l'âge adulte. Je comprends aujourd'hui qu'elle a été à l'origine de mon incapacité à me valoriser, à croire en moi, à me confier. Tout ce que je ne voudrais pas pour ma fille. Ce n’est qu'à l'âge adulte que j'ai compris que mon père était fondamentalement malheureux. Depuis, j'ai décidé de mettre tout derrière nous et de recommencer de zéro. J'ai découvert une autre personne, gentille, toujours prête à aider et profondément meurtrie par son passé. Mais j'avais déjà perdu 10 ans de nous, un papa et sa fille, heureux ensemble. C'est cela que je voudrais qu’Eléonore apprenne de notre relation : qu'elle ne laisse jamais une situation douloureuse s'installer, qu'elle pardonne et qu'elle reconstruise au plus vite, sans perdre des années dans la rancœur.
Adèle, maman d’Eléonore, 3 ans

La mer en héritage

En tant que fille de marin, mon père m’a transmis ma passion pour la mer ainsi que le sentiment d’appartenir à une communauté, celle « des gens de mer. » Depuis toute petite, il ne cesse de m'apprendre à naviguer, lire l'océan, observer les oiseaux, parfaire mes techniques de pêche et surtout à ne pas oublier que la mer est un élément indomptable. Aujourd’hui, je suis comme lui, je ressens cette plénitude en regardant l’immensité de l’océan et je chéris la liberté qu’il procure. Larguer les amarres, c’est partir à l’aventure et ouvrir le champ des possibles. Quand mes enfants seront plus grands, je les embarquerai pour un tour du monde à la voile et je leur léguerai tout ce qu’il m’a appris.

Anne-Sophie, maman de Sacha et Louis, 5 mois

Sa prose

Mon père est un bon vivant. Jovial, il a un sens du contact incroyable. C’est un homme très entouré et ses expressions bien à lui n’y sont pas totalement pour rien. Ainsi, quand il a besoin de motiver les troupes face à une situation délicate, on a souvent le droit à « on n’est pas des kikis, on y va ! ». Cela détend tout le monde. Cette façon bien à lui de faire rire les gens fédère. C’est un art que j’ai appris en l’observant, et je vois bien que ma fille commence à comprendre l’astuce. C’est déjà un vrai pitre avec des répliques imparables !
Karen, maman de Kathia, 4 ans 

La politesse

Mon père est un peu vieille école, mais dans le bon sens. Se lever pour laisser sa place à une personne âgée ou enceinte, retirer son bonnet en entrant dans une pièce, ne jamais oublier la fête des mères… sont des valeurs très importantes à ses yeux. Un respect inculqué dès mon plus jeune âge, bien ancré dans mon esprit et dans celui de mes enfants. Du moins je l’espère ! Gabriel, papa d’Augustin, 5 ans et Ella, 3 ans

 

La ténacité

Mon père m'a transmis la politesse et la force d’affronter les moments difficiles que la vie impose parfois. Mais aussi et surtout, l’idée que l’on doit tout faire pour nourrir sa famille, même si pour cela, il faut réaliser des tâches ingrates ou pénibles. Je retrouve toutes ces valeurs dans ma fille aujourd’hui, et j’en suis fière. J’espère qu’à son tour, elle saura transmettre cela à ses enfants lorsqu’elle deviendra maman.
Charlotte, maman de Clélie, 24 ans

L’amour des bonnes choses

Je tiens mon côté épicurien de mon père. Il aimait les bonnes et belles choses, les bons repas, les fêtes, les potes... Pas question de se prendre la tête pour des détails. Il avait cette insouciance et un appétit du bonheur très fort. Aujourd’hui, j’ai juste envie que mes enfants soient heureux, et c’est le meilleur moyen pour y arriver !
Claire, maman de d’Oscar, 4 ans et de Lino, 1 an